Rechercher :


Voir le bon de commande  Voir le panier


Marc Pierret



Une plume épatante
disponible le 10 février 2014

 
« Comme dans ses fictions précédentes, l’auteur intègre à une intrigue extravagante les circonstances de son élaboration en multipliant les sources narratives. Ce roman-ci se développe à travers trois locuteurs dont la parole mêlée plonge le lecteur dans un bain moussant où flottent d’étranges canards. Cependant, même si son esprit drolatique l’entraîne parfois aux confins de la folie, Pierret se rattrape aux branches d’une logique implacable sans apparaître pour autant comme un singe lettré... qui n’en penserait pas moins.
Si, en suivant Gilles Deleuze, l’on veut bien considérer les concepts comme des personnages et les personnages comme des pensées, il s’agit ici d’une critique fictionnelle, inspirée par le roman d’une star du box-office. L’issue de l’intrigue est incertaine pour l’auteur lui-même. De cette incertitude naît une juxtaposition de récits que leur liberté de ton apparente à une tradition qui remonte au moins au xviiie siècle. À Diderot, notamment. La cible se précise au fur et à mesure que s’accumulent les éléments de ce qui se révèle être une satire du romanesque commercial, même le plus noir, celui de l’état-là étalé du «  c’est comme ça  », qui favorise la résignation face au monde tel qu’il est.
Pierret est-il un ironiste, nostalgique d’un ordre ancien supposé meilleur  ? S’agit-il d’une affectation de préciosité parodique ou d’une crispation rétro  ? Rien de tout cela. Ce roman est à proprement parler «  inénarrable  ». Ce n’est pas un oxymore. C’est simplement qu’on ne résume pas une écriture. Les épisodes qui se succèdent sont l’anamorphose d’une conquête, celle d’un style dans lequel les hiatus de la construction narrative, les digressions et la dispersion des thèmes abordés sont constitutifs du vrai.
Ce faisant, la «  question du récit  » qui se pose dans Une plume épatante ne s’adosse pas à un intellectualisme plus ou moins démonstratif mais se résout dans le plaisir de raconter, qui finit toujours par l’emporter. »


édité en 2014

réf. ISBN 978-2-914839-47-1
25.- €




Dans la même collection :


Ici reposera
François Michel

Pr’Ose
Onuma Nemon

Le joueur de théorbe
Patrice Salsa

Le 31 juin
Gilles Bounoure

La Société du Confetti
Gycée Hesse

Poèmes civils
Joan Brossa

Poésies
Arthur Adamov

« Souffrir mille morts », « Fondre en larmes »
Annie Zadek

Le Lymphome d’Hazelbeck
Marc Pierret

La muette et la prune d’ente
Annie Salager